Si la peinture est le dialogue entre le peintre et la toile, cette série commencée dans l’année
1990 et achevée fin 1992 a été essentiellement un dialogue à trois. Série enrichie par un long dialogue écrit avec une amie, Florence Ansar. Cette correspondance va devenir après collage le support de ces peintures lesquelles apporteront un nouveau souffle et une conclusion à la série « Nocturne ou la poésie portugaise ». Les séries se verront ainsi fusionnées et complétées l’année suivante.Peu d’œuvres subsistent aujourd’hui car une partie a été volontairement détruite au printemps 1992.
La ville de Paris et la mairie du XI e, dans le cadre de la manifestation « Le Portugal dans la cité » organiseront une grande rétrospective de ces œuvres en 1992. La même année, une de ces œuvres sera également retenue au salon Réalités Nouvelles au Grand Palais de Paris pour faire partie de l’exposition « L’écriture et le signe dans la peinture contemporaine » au Musée de Libourne.
 
 
La nuit de juillet
146 x 114 cm
Labyrinthe intérieur
146 x 114 cm
Nocturne
116 x 89 cm
Clair de lune
Autoportrait
146 x 114 cm
Vitraux de songe
146 x 114 cm
La grande nuit
162 x 130 cm
série la Nuit de Juillet
&
Nocturnes ou la poésie Portugaise retour au menu